Peinture

Sous la pergola

Aleksander Gierymski (1850 – 1901) travailla sur la peinture «Sous la pergola» pendant plus de cinq ans. Insatisfait de l’effet final, la légende veut qu’il détruisit sa toile initiale et que l’œuvre créée en 1882 et exposée au Musée National de Varsovie en soit la deuxième version. L’histoire de cette œuvre fait encore aujourd’hui l’objet de recherches monographiques. 

Tentant de capter l’interaction entre la lumière et les couleurs, Gierymski essayait de trouver ce chemin différent auquel aspiraient Monet et les impressionnistes de son temps. Contemporain des Macchiaoli, initiateurs de la peinture moderne italienne, le peintre séjourna entre 1873 et 1879 à de nombreuses reprises en Italie, surtout à Rome, y étudiant les maîtres de la Renaissance.

Une longue préparation

«Sous la pergola» est une œuvre de grande dimension (148 x 137 cm), sorte de puzzle créé en atelier d’après de nombreuses études réalisées en plein air. Le tableau fut ainsi précédé pendant plusieurs années de centaines de croquis illustrant détails et subtilité des jeux de l’éclairage. Aujourd’hui, certaines de ces études se voient attribuer une valeur similaire à l’œuvre finale. «Chapeau cylindre sur une table», «Bégonias» et «Prêtre buvant du vin» en sont des exemples.

Aleksander Gierymski: Chapeau cylindre sur une table. 1875
Aleksander Gierymski: Chapeau cylindre sur une table. 1875. Huile sur toile. 57.5 x 41 cm. Musée National de Varsovie (MNW).
Aleksander Gierymski: Bégonias. 1876-1880
Aleksander Gierymski: Bégonias. 1876-1880. Huile sur toile. 35 × 30 cm. Musée d’Art de Łódź (Wikimedia)
Prêtre buvant du vin
Aleksander Gierymski: Prêtre buvant du vin. 1880. Huile sur toile. 41.5 x 33 cm. Musée de Silesie (muzeumslaskie.pl).

Une autre œuvre ayant servi de référence est «Un homme en habit rouge», que Gierymski créa à Rome vers 1876. Le motif du costume fut ainsi repris dans «Sous la pergola».

Aleksander Gierymski dirigeant un modèle, vers 1876
Aleksander Gierymski dirigeant le modèle dans un costume du 18ème siècle pour la peinture «Un homme en habit rouge». Rome, vers 1876. Musée National de Varsovie (Cyfrowe MNW)

Le peintre commença à travailler sur le tableau «Sous la pergola» à Varsovie, après son retour d’un long séjour à Rome.

Souvenir du Jardin des Délices

Allusion discrète à la tradition du Jardin des Délices, l’œuvre représente une scène de genre du 18ème siècle. La simplicité bucolique du lieu et du mobilier contraste avec le faste des robes rococo et des riches redingotes, au diapason d’une nature verdoyante. Les femmes sirotent un thé tandis que les hommes semblent apprécier le vin, dont une outre jonche le sol. Faussement idyllique, le plan principal présente un groupe portant une attention plutôt mélancolique à un homme élégant vêtu de noir et affalé sur une chaise, figuré de dos, qui pourrait être un prêtre. Au premier plan, un homme agenouillé semble chercher quelque chose dans un petit bassin d’eau. Par le jeu des ombres, les reflets de la lumière sur la nappe et les feuilles des plantes, les scintillements sur les habits brodés et l’eau de la fontaine, Gierymski a su reproduire d’une manière élaborée l’ambiance estivale de la scène.

Aleksander Gierymski: Sous la pergola. 1882
Aleksander Gierymski: Sous la pergola. 1882. Huile sur toile. 137 x 148 cm. Musée national de Varsovie (Cyfrowe MNW)

Entre réalisme et impressionnisme

La peinture de Gierymski captive par le raffinement des détails et la force des couleurs, sa représentation fidèle tant des costumes que de la végétation. Cela en dit beaucoup sur l’artiste lui-même: perfectionniste, il a passé sa vie à rechercher un idéal artistique fugace, associé aux effets de lumière. Si certains critiques de l’époque lui reprochaient de trop polir l’image, «Sous la pergola» est aujourd’hui reconnu comme un chef d’œuvre de la peinture polonaise de la deuxième moitié du 19e siècle, alliance subtile de réalisme et d’impressionnisme.

Aleksander Gierymski: Sous la pergola. 1882 (détail)

Bibliographie:

. Aleksander Gierymski, “W altanie”. Muzeum Sztuki w Łodzi, 1971.

. Anna Szyjkowska-Piotrowska: Aleksander Gierymski, czyli blask realizmu. Teologiapolityczna.pl.

Scroll Up