Architecture,  Peinture

La Sixtine Silésienne

La Route des Peintures Polychromes de Brzeg dans la voïvodie d’Opole est un itinéraire créé en 1997, qui peut en particulier être parcouru à vélo. Il couvre treize localités, dont Brzeg, Strzelniki, Krzyżowice, Pogorzele et Małujowice, où se trouvent certaines des œuvres les plus précieuses de l’art silésien.

Ces villes et villages abritent des églises de style gothique dit « primitif ». L’une d’elles, située à Małujowice et dédiée à l’Apôtre Jacques, est surnommée «La Sixtine Silésienne». Comme la chapelle vaticane éponyme et toutes proportions gardées, elle sert d’écrin à de multiples fresques, dont l’une représente le Jugement dernier. Le lieu de culte a une longue histoire. Construit vers 1250, son fondateur fut probablement Henri III le Blanc, prince de la dynastie Piast, qui le confia aux sœurs dominicaines de Wrocław.

Małujowice, Pologne. Eglise de Saint-Jacques Apôtre (Wikipedia).

Biblia Pauperum

Au 14e siècle, l’église fut agrandie alors que le village était sous la coupe de Samborius de Ostrzeszów. C’est à cette époque que les murs de l’édifice furent recouverts de peintures polychromes représentant des scènes bibliques. Elles constituaient une «Biblia Pauperum», une Bible du Pauvre. Son but était de transmettre par l’image aux illettrés le message de l’Évangile. Ainsi fut créée une sorte de bande dessinée fascinante et pittoresque.

Małujowice, Pologne. Eglise de Saint-Jacques Apôtre. Photo: Art Polonais.

On sait que le peintre était un artiste de l’Ecole de Prague. Certes, il avait de l’imagination. L’un des personnages fréquemment représentés est un homme avec une barbe et des cornes: il s’agit de Moïse. Vous pensez peut-être qu’il s’agit d’une manifestation du sens de l’humour tchèque, mais Michel-Ange affublera aussi le prophète de cornes. En fait, cela était dû à la traduction latine de la Bible par Jérôme de Stridon. Il avait écrit au 4e siècle que Moïse était descendu du mont Sinaï avec des tablettes et des cornes sur la tête. A cause de l’absence de voyelle dans l’écriture hébraïque ancienne, le futur Saint-Jérôme aurait en fait mélangé les termes «keren», cornu, et «karan», rayonnant…

Małujowice, Pologne. Eglise de Saint-Jacques Apôtre. Photo: Art Polonais.

Le plafond de l’église de Małujowice est recouvert de 640 planches multicolores décorées de motifs végétaux, animaliers ou géométriques, réalisés au pochoir. Sa décoration renforce véritablement l’impression d’être au cœur du livre d’images.

Małujowice, Pologne. Eglise de Saint-Jacques Apôtre. Photo: Art Polonais.

Redécouverte

En 1526, alors que le duché de Brzeg se convertit au protestantisme, l’église de Saint-Jacques Apôtre fut accaparée par les luthériens. Les peintures polychromes à motifs bibliques ne correspondaient pas au nouveau dogme et furent recouvertes de plâtre, ce qui allait finalement les protéger des outrages du temps. Redécouverte en 1865, une partie de la décoration de l’église fut malheureusement trahie par des conservateurs prussiens qui, lors d’une opération de restauration, pensèrent utile de peindre des éléments manquants.

Après la dernière guerre, le temple redevint catholique. L’intervention de la Faculté de conservation et de restauration d’œuvres d’art de l’Académie des Beaux-Arts de Cracovie permit de retrouver l’aspect originel de la polychromie. Le grattage minutieux de la couche supérieure prit de nombreuses années, mais cela en valait la peine: en pénétrant dans l’église de Małujowice, le visiteur a véritablement le souffle coupé d’admiration.

Małujowice, Pologne. Eglise de Saint-Jacques Apôtre. Photo: Art Polonais.

Une histoire mouvementée

L’histoire de l’édifice reflète celle de la Silésie. Gouvernée par les princes Piast de la première dynastie polonaise, cette région est toujours restée un des piliers de la culture polonaise.

Carte de la Silésie dans les frontières administratives actuelles des pays (Wikipedia).

Le diocèse de Wrocław fut ainsi fondé en l’an mil par Boleslas, premier roi couronné de Pologne et fils de Mieszko, premier duc historique de Pologne, conquérant de la Silésie, et converti au christianisme pour éviter l’incorporation de son pays au sein du Saint-Empire Germanique. Redevenu un duché autonome en 1138, la région se retrouva placée sous la souveraineté du royaume de Bohême en 1335. Lorsque celui-ci fût conquis par les Habsbourg en 1526, la région revint à la monarchie autrichienne, puis à la Prusse en 1763 à la suite des guerres de Silésie. Depuis lors, la germanisation de la région s’intensifia, malgré la résistance de la majorité de la population de langue polonaise. Après l’indépendance retrouvé de la Pologne en 1918, trois soulèvements éclatèrent en Silésie pour demander le rattachement à la nouvelle république. Suite à un référendum, la région fut finalement scindée de manière arbitraire par la SDN.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Nazis expulsèrent la population polonaise de la Silésie, assassinant les insurgés et les membres de l’intelligentsia polonaise engagée politiquement. La quasi-totalité de la région fut incorporée à la République populaire de Pologne en 1945 sous le nom de «Territoires Récupérés». Elle fut repeuplée par de nombreuses familles polonaises originaires de la région orientale des Kresy, annexée à l’Ukraine par Staline. Ce n’est qu’en 1990 que l’Allemagne reconnut la frontière, à la demande de l’Union Européenne et en échange de sa réunification post-communiste.

Małujowice et son église survécurent aux épreuves de cette histoire mouvementée. Préservé par la population, le monument aux morts dressé à l’époque devant le portail de l’édifice commémore aujourd’hui encore les soldats originaires du village qui tombèrent au combat du côté allemand lors de la Première Guerre mondiale.

Art total

Le charmant portail d’entrée de la petite église s’inspire sans aucun doute des plus grandes cathédrales. Sculpté dans le grès, le tympan juxtapose trois scènes, avec, de haut en bas: le couronnement de la Vierge Marie, l’Adoration des mages et la Visitation. Il est surmonté d’une fresque de la fin du 15ème siècle aux tons et motifs végétaux. La porte en bois est revêtue de ferrures gothiques figurant des oiseaux et d’autres animaux avec des références symboliques à l’Evangile. De part et d’autre, les colonnes sont sculptées de rosettes romanes.

Małujowice, Pologne. Eglise de Saint-Jacques Apôtre. Photo: Art Polonais.

La décoration de l’église de Malujowice se démarque du style de la plupart des édifices religieux polonais. Le baroque y domine, avec son visuel spectaculaire supposé montrer la supériorité du catholicisme, tant lors de la contre-réforme en Silésie que pendant l’Union de Pologne-Lituanie. La Route des Peintures Polychromes de Brzeg partage de rares survivants de l’art de l’époque de la dynastie des Piast. C’est également la plus grande concentration de ce type de fresques en Pologne.

Scroll Up